SUSPENSION ANNONCEE A L’ENDROIT DES MEMBRES DE LA CORA-BF, LA MESURE EST EFFECTIVE

Voici la liste des artistes membre de la CORA-BF concernés par la suspension. Aucune de leur chanson ne devra être encore jouée dans un média jusqu’à nouvel ordre. En rappel ces artistes ont extirpé l’animateur Hamed Kossa d’Omega FM du studio d’émission pendant son émission le 28 juin dernier.

20170704_185126[1]

Voici la vidéo de l’évènement et les acteurs.

Publicités

VOTE DU PROJET DE LOI PORTANT ALLÈGEMENT DES CONDITIONS D’EXECUTION DU PROGRAMME DE PROJETS PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE : VOILA QUI EST CLAIRE APRES LES EXPLICATIONS DES UNS ET DES AUTRES.

C’est avec un grand intérêt que j’ai suivi les débats à l’hémicycle sur le vote du projet de loi portant allègement des conditions d’exécution du programme de projets partenariat public-prive. Après les explications des honorables, et il faut le noter, c’est le Pr Laurent Bado qui a commencé à mettre les choses au claire. Ce projet de loi au fond, et selon l’idée qui le soutient n’est pas mal. Il permettra un temps soit peu de favoriser l’acquisition de plusieurs outils importants pour le développement de notre pays. Il faut le noter plusieurs pays sont passé par ce système de partenariat public-privé pour se développer. L’exemple probant non loin est la Côte d’Ivoire. Ce PPP permettra l’acquisition d’outils sans endettement de l’Etat, et je pense qu’il faut féliciter le pouvoir en place pour cette idée, si et seulement si ce projet marchera sur le droit chemin. Parce-qu’ avec ces hommes-là il faut s’attendre à tout. Simplement expliqué le projet est comme suit : l’Etat n’a pas assez de ressources pour résoudre tous les soucis en même temps. Et l’Etat ne peut pas non plus s’endetter encore pour cela car ce sera une compromission pour notre peuple. Alors, on met en place ce partenariat public-privé, le privé exécute le travail avec ses moyens, bien sûr sous les yeux bienveillants de l’Etat, il gère la chose mise en place pendant un certain temps, question de récupérer ce qu’il a dépensé et l’infrastructure appartient à l’Etat. Belle idée, Bien réfléchit, Bravo à vous.

   Maintenant ce qu’il faut craindre : la surfacturation, question de se faire de l’argent pour qu’on ne parle pas de corruption. Ces politiciens-là, il faut le dire sans se voiler la face, peuvent avoir des accointances avec les privés, ne pas passer le marché à qui peut le faire, mais à qui fait leur affaire, afin de se faire des millions. Il faudrait vraiment y veiller, cher président de l’Assemblée Nationale, Dr Salifou Diallo.

Que le privé ne fasse pas du « pour moi est bon après moi je m’en fous ». C’est-à-dire que le privé ne fasse pas le boulot pour être efficace le temps qu’il récupère ce qu’il a investi avec son bénéfice, et quand la chose reviendra à l’Etat, elle ne vaudra plus rien. Il faudrait que l’Etat s’assure de ce que ce partenariat soit aussi bien profitable au public burkinabè qu’il le sera pour le privé qui s’investira. Bonsoir chez vous.

 

protégeons notre environnement

AGISSONS POUR DEMAIN